Posts Tagged ‘ tweets ’

Tweets et ratures de classiques

Livre Deux ados réduisent 70 chefs-d’œuvre en vingt phrases de 140 signes

Un pan entier de la littérature  revu et corrigé par et pour la jeune génération. Alexander Aciman et Emmett Rensin, deux étudiants en Lettres à Chi­cago, ont adapté 70 romans classiques en vingt phrases de 140 signes chacune. Fidèles en cela au style du site de mini-messages Twitter. Voici La Twittérature (éd. Saint-Simon, 13 €) pleine d’ersatz, d’Hamlet à Anna Karénine en passant par Harry Potter ou Twilight.
« Il fait très froid à Chicago. Il fallait faire quelque chose si on ne voulait pas devenir fous, justifie Alexander Aciman. Les cent livres que nous possédons dans notre chambre universitaire, on avait envie de nous en moquer : c’est ce qu’on fait des choses qu’on aime. »

Lire l’article complet ici

Publicités

Le roman tiré de Twitter : les tweets de l’internet au papier

Le roman tiré de Twitter : les tweets de l’internet au papier

Publié le 18 mars 2009 par Actualitté

Les initiatives couplant les textes rédigés sur le net et leur création papier se multiplient. Si hier, nous évoquions l’exemple de cet auteur qui chaque jour, et plusieurs fois par jour, poste des passages de son roman paru en 2007 sur son fil Twitter, inversant ainsi la tendance, voilà qu’un autre énergumène met à profit les fils de conversations qu’il a pu tenir.

James Brindle a en effet compulsé trois années de twitterisation en un ouvrage qu’il aura finalement lui-même autopublié, sous le titre My life in tweets. Il s’agit par ailleurs d’un volume 1, allant de février 2007 à 2009. La suite pourrait donc ne pas tarder.


S’il n’est pas certain d’avoir la rpimeur de cette initiative, et tout particulièrement en passant par l’autoédition, il affirme avoir avant tout voulu tester les capacités d’impression de la société Lulu, et semble plutôt satisfait de l’expérience.

Toujours dans le phénomène de création littéraire sur Internet et viaTwitter, il faut rappeler l’initiative de Thierry Crouzet, qui s’est lancé dans un Twiller avec Croisade, c’est-à-dire la rédaction d’un thriller dans le format Twitter.

Trois exemples de twittelling participatif

Mister Harder – Ideas are in the cloud, you only have to see them.

Le principe : Vous envoyez un «tweet» (court message de 140 caractères) @storytweeting pour poursuivre l’histoire qui a débuté avec le tweet :

Sharpening the point, a long time ago, but somehow in the future.

Les entrées sont ensuite recopiées sur le site de Mr Harder.

Actuellement, il y a 31 auteurs et 38 tweets, mais l’histoire semble stagner!

http://www.misterharder.com/storytweeting/

The Story So Far Collaborative story writing on Twitter

Même principe que Mister Harder, sauf qu’ici, on peut voter pour les meilleures lignes de la journée et les plus populaires seront ajoutées à l’histoire.

On innove aussi sur le fait que la première ligne de l’histoire est tirée d’un livre déjà existant. Ainsi, on fait évoluer une nouvelle histoire à partir d’un récit déjà existant.

Les histoires sont recopiées sur le site. C’est une composante importante du Twittelling selon moi, car suivre l’histoire uniquement sur Twitter Web est une tâche très laborieuse!

http://cwd.co.uk/storysofar/

Twittories

Le plus participatif de tous. Les «twittellers» sont invités à s’inscrire pour contribuer à l’histoire en cours et tour à tour, ils seront invités à compléter l’histoire. Plus précisément, ce sont les twittellers qui doivent se relayer eux-même en en envoyant un tweet à celui qui le suit dans la liste.

Les fragments d’histoire envoyés par les contributeurs font l’objet d’une modération.

La plus complexe des histoires participatives, mais le jeu en vaut la chandelle!

Pour lire le premier «twittory», c’est ici!

Pour voir et participer à celui en cours, par là!